En 2003, le conseil municipal, présidé par Jacques Bruneau, a décidé, à l’unanimité, d’acquérir un ensemble immobilier, situé allée des goémons. Les élus souhaitaient y implanter un centre de loisirs pour les enfants de Carnac ainsi que des structures pour accueillir des groupes.

Suite à une erreur administrative, un promoteur privé qui convoitait ce terrain engagea une procédure contre la commune pour annuler cette vente. Afin de conserver ce bien, la municipalité de Michel Grall a du surenchérir portant le coût de cette acquisition à plus d’un million d’euros.

Malgré le consensus qui s’était établi autour de ce projet, la municipalité actuelle, dirigée comme en 2003 par Jacques Bruneau , a semble-t-il décidé de faire machine arrière et de revendre cet ensemble immobilier à un autre promoteur.
goemons_003__640x480_.jpg

On peut comprendre et admettre que la commune qui possède des terrains, situés à Carnac Plage, dont elle n’a pas l’utilité à long terme les vende afin de financer des investissements. Mais en l’occurrence, la décision de se séparer de l’ensemble des goémons remettrait en cause un projet auquel de nombreux Carnacois sont attachés. Cela mérite d’y réfléchir.